larve crottin composteur

Cet article et un rapport de l’expérience faite de la découverte de milliers de larves de mouche dans un fût de macération afin de nourrir le double composteur d’un jardin urbain, le 14 Avril 2021.

J’ai l’habitude de faire macérer du crottin de cheval dans un fût de 200 litres : Il ne m’était jamais arriver d’y voir se développer des larves autant qu’ici… En effet cette fois ci, j’avais rempli mon fût de 200 litres de fumier Ovin et Bovin (marque « Or brun » que l’on trouve en Jardinerie). C’est la jardinerie botanic® de Villeneuve lez Avignon qui avait fait don de quelques sacs éventrés à l’association La JARRE Écocitoyenne (et que l’association a redistribué à l’ensemble des 7 composteurs qu’elle gère).

La vidéo ci-dessous présente cette découverte un peu BEURK !

Beurk : Larves par milliers dans un fût de macérat de crottin Ovin/Bovin !

Lien vers article de David (DZprood Jardin) du 28/02/2018 et les larves de drosophiles cette fois-ci, dans les composteurs du Jardin partagé du Lou Cascarelet.

Voir l’article complet en cliquant sur le lien au dessus de cette vidéo.

Une autre expérience faite en Avril 2017 lorsque des travaux de bucheronnage : La découverte d’une énorme larve de capricorne, vraiment impressionnant !

Lien vers une autre vidéo très didactique ! Bonne vidéo, oui mais uniquement si vous aimez l’accent Québécois et les grimaces à gogo !

Mon cognassier va renaître chez Anne et Marc

Merci à Anne et Marc d’avoir accepter de prendre soin de mon arbre… que j’ai décidé de déraciner le 02/10/2021 afin de prévoir la construction d’un petit poulailler. Je vais utiliser pour cela le grand Rack récupéré à botanic® Saint Anthelme (Voir l’article au sujet de la récup faite en septembre 2017 lors de réfection du Magasin : Image et Vidéo c’est Ici, sur le site web de l’association La JARRE Écocitoyenne). Ce rack qui supportait le stock de planches dans lequel les membres de l’association pouvaient puiser pour d’éventuels carrés potagers ou autres bricolages (voir l’article sur la construction d’un poulailler par Patrice, ou un cache poubelle par Éric).

Pour la transformation de cette grande table en un poulailler je vais puiser des idées dans le livre en prêt de l’association La JARRE Écocitoyenne : Construire un poulailler (voir l’article au sujet de ce livre).

Concernant le cognassier, il avait 9 ans !

Voir l’article concernant le cognassier lorsqu’il était dans mon jardin. Malgré les efforts faits lors de la plantation : Un bon gros trou, décaissé dans la roche, l’arbre n’a fait que végéter chez moi. Entre grand Mistral et attaques annuelles des cétoines… il ne m’aura donné des fruits que ces 4 dernières années (3 puis 5, puis 8, puis 12 !).

Je suis certain que dans le potager de Marc et Anne, il va s’épanouir. Il a aujourd’hui, au bonheur, de la bonne terre ! Il est aujourd’hui, non plus un arbrisseau tout chétif, mais il est de bonne corpulence. De plus, il a bénéficié, de suite, des soins, lors de la transplantation, dignes des meilleurs paysagistes !

cognassier-Champion-transplante-chez-Anne-depuis-DZprod-Jardin
cognassier-Champion-transplante-chez-Anne-depuis-DZprod-Jardin

La preuve le SMS reçu en retour de Anne :

Bonjour David. Hier, fin d’après-midi, le cognassier en place, nourri et solidement  haubané après avoir eu les racines rafraîchies et pralinées. Avec cette taille, il a tout de suite une réelle  présence dans le potager ! J’espère  qu’il reprendra. En tout cas merci. Malheureusement, nous ne pourrons  pas venir au marché acheter de la confiture d’abricots, nous avons le dos tout cassé !!! Bonne journée, Anne.

Passif de l’arbre en image :

Don-cognassier-le-02-10-2021-Dzprod-Jardin-pour-Anne-et-Marc-association-la-JARRE
Don-cognassier-le-02-10-2021-Dzprod-Jardin-pour-Anne-et-Marc-association-la-JARRE

Gateau Cheveu d’ange – courge de siam

C’est en discutant autour des 13 desserts (cf fêtes de Noël) et de l’utilisation de la courge longue de Nîce qu’une dame, rencontrée au marché, au stant de confiture de l’associaiton la JARRE Écociotyenne, nous a parlé du gâteau cheveux d’ange !

Originaire de la région de Valencia, ce gâteau semblait être une madelaine de Proust pour elle.

J’en prends note dans cet article car débordé en ce moment j’en laisserais une trace pour développer plus tard.

L’idée :

  • Proposer une recette de ce gateau « cheveu d’ange »,
  • Se renseigner sur le confiture de moniato (à la patate douce),,,tiens ça me rapelle les States !
  • Demander à Jean-Marie de nous cultiver quelques coiurges longues de Nice mais aussi des courges de Siam (qui peuvent se palisser d’ailleurs)…

Tous cela pour fin d’année 2022 !

A voir.

Courge plantée directement dans un composteur : ça marche au top !

Avec les années de pratique au jardin au naturel, on comprend vite que la culture des cucurbitacées nécessite de savoir bien nourrir son sol… sinon peu de résultat.

Cette année, nous avons essayé, au jardin Urbain du Pébrier, avec l’association La JARRE Écocitoyenne de faire pousser une courge offerte par Benoit de la jardinerie préférée des Français (botanic®) : Le TEST a été super concluant !

En 3 mois (du 14 avril 2021 au 14 juillet 2021, nous avons obtenue 2 couges de 3Kg environ chacune !

Courge plantée directement dans composteur - jardin urbain du Pébrier- association la JARRE pour botanic®
Courge plantée directement dans composteur – jardin urbain du Pébrier- association la JARRE pour botanic®

Sur l’image on voit que la seconde courge a investie le grillage de clôture ! N.B : Le niveau du composteur a également baissé de près de 20cm. Le compost a l’intérieur été déjà mature pour faire cette expérience : Le risque de transplanter un godet de courge dans un compost encore en pleine maturation est de voir les racines bruler !!! Mieux vaut donc attendre quelques semaines si ce dernier est encore chaud…

Test concluant… et nous sommes également content de la qualité des godets issus de la gamme potagère « Les Originales » de chez botanic® (voir l’article sur le sujet)

botanic®_originales_courge_aubergine_poivron

L’abeille charpentière

Un auxiliaire du jardinier, puisqu’il aide à la pollinisation :

Cette abeille charpentière (ou Xylocope) est rarement photographiée avec du pollen sur le haut de son corps (vue de plus loin , avec du jaune sur le corps, on aurait pu la confondre avec le bourdon) : Elle venait juste de butiner les fleurs de courgettes mâles du Jardin Urbain du Pébrier (30650 Rochefort du Gard).

La fleur d’ artichaut est magnifique mais aussi mellifère à souhait !

 

Merci à cette xylocope et à David Zicola, qui n’aura pas eu ce matin là a polliniser les courgettes manuellement !


Le 30/03/2015 : Sur les fèves Aquadulce. Lieu et date d’observation : première fleurs à butiner, mi-Mars. Bac Edika’s Garage.

Liens de rappel : La pollinisation en 3 étapes, et un article sur l’abeille charpentière.

Bourdon et fève au 28-03-2015
Bourdon et fève au 28-03-2015

Pickles de siliques de radis

Que faire quand on remarques que les radis sont devenus trop durs, trop forts en goût… on les laisse monter en graines, pour dans le futur espérer les semer.

La vidéo ci-dessous vous montre que vous pouvez encore produire de la nourriture : Vous pouvez consommer les siliques de radis. En effet avant que les siliques (les poches qui contiennent les graines et qui sont vouées à sècher d’abord pour s’ouvrir ensuite et offrir les graines pour l’autosemis ( la déhiscence)… ne deviennent trop dures, on peut en faire la récolte.

Jeunes et encore croquante à souhait, ses petits sacs à graines de forme oblongue, peuvent se consommer « à la croc en sel » (quelques uns dans une salade composée), ou en pickles, ou encore en tempura !
Le croquant, le goût : Parfait !
Génial non !

Gelée de Verveine citronnelle et Mélisse au miel

Cette année , je tente une gelée avec mes verveines citronnelles : En effet, chaque année elle devient de plus en plus imposante… Alors pourquoi pas faire un essai… autre que de l’utilisée en tisane (fraîche ou sèche).

Mon essai : J’ai fait infuser à couvert, l’équivalent de 4 plateaux de mon déshydrateur Zen-Pur, dans 3 litres d’eau. En pressant la masse de verveine, j’ai recueilli 2,6 litres de liquide à gélifier.

Dans une bassine en cuivre, j’ai porter à ébullition 5 min (et écumer) :

  • 2,5 litres d’infusion concentrée de verveine citronnelle,
  • 9g d’Agar-Agar
  • 500g de miel toutes fleurs (français, s’il vous plait)
  • 1 kg de sucre.

J’ai obtenu 9 pots de 250ml.

Gelée de verveine citronnelle au miel de France toutes fleurs - Association la JARRE Écocitoyenne
Gelée de verveine citronnelle au miel de France toutes fleurs – Association la JARRE Écocitoyenne

Récolte de fève sous la pluie (au jardin partagé du Lou Cascarelet)

Merci à Franck et Sandryne pour m’avoir aider à la récolte des fèves Aquadulce (longues cosses aux grains charnus).

recolte-feve---sandryne---jardin-du-Lou-Cascarelet---16-mai-2021
Récolte de fève Aguadulce par Sandryne Franck et David – jardin partagé du Lou-Cascarelet -:- 16-mai-2021

Cette année, j’avais semé les fèves en novembre 2020… comme un engrais vert d’hiver… l’idée étant de ne pas laisser la terre à nue pendant la phase de repos végétative de la zone potagère.

Test concluant ! La récolte se fait un mois à un mois et demi avant que de les avoir semer en février : Ainsi la terre est prête pour recevoir une autre culture mais elle est aussi amendée naturellement car les plants de fèves, via les nodules au niveau des racines, auront capté l’azote atmosphérique et l’auront injecté dans la terre !!!

Bref, on adore les fèves : Que ce soit à la croque en sel, ou revenues à la poêle ou encore lactofermentées, on se régale.

Cette année, nous les consommeront fraîches mais nous réaliserons des conserves avec les plus grosses fèves. Pour cela il faut : Ébouillanter les fèves moins d’une minutes pour pouvoir ensuite enlever le peau. Faire une saumure à 10g par litre seulement. Stériliser le tout (30 minutes suffit). Nous allons tester le stérilisateur emprunter à l’association la JARRE Écocitoyenne) !!!

Plante productive au jardin potager : La Blette ou bette ou Poirée (3 noms, même Plante)

La blette, dans l’inconscient collectif, reste souvent… le légume de nos grand parents, souvent boudés des plus jeunes : Pourtant, cuisinées elles sont la bases de nombreuses recettes délicieuses !

Vous connaissez la caillette Ardéchoise : Elles composent 1/3 des ingrédients de la recette, laissant la place aux feuilles d’épinards et à la viande (gorges et pense de porc), serties d’une crépine pour la maintenir en forme de boule….

Moi, je l’aime en tartes salées et surtout en gratin ! Le régal.

L’intérêt d’en avoir au jardin c’est que si vous la laisser monter en graine, elle deviendra « légume perpétuel »… se ressemant toute seule… comme une grande… d’année en année : Génial pour le « potager des paresseux ! »

Blette Bette Poirée : 3 noms pour définir le même légume !
Article où vous découvrirez que si on coupe la blette à la base pour en faire la récolte… d’autres vont surgir de la racine laissée en place pour donner de superbes spécimens… en un rien de temps !!!!

NB : Ne vous fiez pas aux dates se semis et de récolte… les poirée se secondes générations donnent de beaux légumes dès le mois d’avril ! En ce qui me concerne, j’ai toutes les années, des blettes qui se sont semées par AUTOSEMIS (depuis des blettes montée sen graines l’année précédente) et qui sont prêtes à être coupées dès Mars… Si, je ne les consomment pas en mai, le les voie monter en graines… elles deviennent alors ligneuse… mais les feuilles restent encore récoltables…

Gelée de sureau DZprod JARDIN

Début Mai (de plus en plus tôt) on peut facilement repéré les ombelles de sureau depuis son véhicule en navigant sur nos routes de campagnes : On repère les sureaux de loin dans les champs !

Le gros intérêt des recettes à base de fleurs de sureau, c’est que peu d’ombelles sont nécessaires pour élaborer une recette : Le parfum est si prégnant qu’avec seulement une dizaine d’ombelle, on peut réaliser une préparation !

Cette année, au sein de l’association la JARRE Écocitoyenne, nous avons produits de nombreuses GELÉE de SUREAU, par décoction (ou infusion) à FROID (3 jours) dans notre fût de 25 litres !

05/05/2021, je suis revenu à la maison avec entre 1/3 et 1/2 poubelle noire de fleur de sureau (environ 200 ombelles)… Sachant que dans les recettes vues sur le net il faut entre 5 et 12 pour faire une recette… La récolte a été productive (en 2 heures de temps). N.B : Il faut partir « à la fraîche » pour cueillir une telle quantité d’ombelles… car si les températures sont trop clémentes, c’est le risque de voir la masse d’ombelles montés en fermentation… Il faut aussi prévoir d’égrainer les ombelles rapidement après la récolte et de les placer à infuser, baigner dans de l’eau pure (à froid, pour préserver les arômes floraux ! Un conseil d’un maître siropier)

fut contact alimentaire 25 litres

Notre recette (après filtration du jus) : Pour une bassine en cuivre de préparation :

  • 2,5 l de jus macéré,
  • 2 Kg de sucre, (soit 44%) mais on peut aussi faire moins sucré encore…
  • [Agar-Agar]= 4g/l soit 10g d’Agar-Agar pour les 2 litres et demi !
  • Le jus d’un à citron et demi

D’autres recettes à base de fleurs de sureau : -:- sirop -:- Gelée -:- Beignets -:- Liqueur -:- vin -:- Cocktail de fleur de sureau (le « Hugo », qui remplace le « Spritz ») -:- guimauve -:- chantilly -:- fleur & fruits séchés -:- et autres ne manquent pas : Il vous faut découvrir le parfum subtil de la fleur de sureau, entre LICHEE et ROSE, un parfum floral que je trouve génial ! (Lien : La maison du sureau)

Si vous voulez gouter cette gelée EXCEPTIONNELLE, vous pouvez contacter l’association La J.A.R.R.E (du « Jardin à l’Assiette) !

Evolution chronologique d'un jardin d'un particulier et de jardins partagés associatifs (Asso LA JARRE ÉCOCITOYENNE) à Rochefort du Gard.