Archives de catégorie : Culture potagère

Banque de graines, variétés de plantes potagères déjà essayées : Tomates, salades, poireaux, etc…

Gateau Cheveu d’ange – courge de siam

C’est en discutant autour des 13 desserts (cf fêtes de Noël) et de l’utilisation de la courge longue de Nîce qu’une dame, rencontrée au marché, au stant de confiture de l’associaiton la JARRE Écociotyenne, nous a parlé du gâteau cheveux d’ange !

Originaire de la région de Valencia, ce gâteau semblait être une madelaine de Proust pour elle.

J’en prends note dans cet article car débordé en ce moment j’en laisserais une trace pour développer plus tard.

L’idée :

  • Proposer une recette de ce gateau « cheveu d’ange »,
  • Se renseigner sur le confiture de moniato (à la patate douce),,,tiens ça me rapelle les States !
  • Demander à Jean-Marie de nous cultiver quelques coiurges longues de Nice mais aussi des courges de Siam (qui peuvent se palisser d’ailleurs)…

Tous cela pour fin d’année 2022 !

A voir.

Courge plantée directement dans un composteur : ça marche au top !

Avec les années de pratique au jardin au naturel, on comprend vite que la culture des cucurbitacées nécessite de savoir bien nourrir son sol… sinon peu de résultat.

Cette année, nous avons essayé, au jardin Urbain du Pébrier, avec l’association La JARRE Écocitoyenne de faire pousser une courge offerte par Benoit de la jardinerie préférée des Français (botanic®) : Le TEST a été super concluant !

En 3 mois (du 14 avril 2021 au 14 juillet 2021, nous avons obtenue 2 couges de 3Kg environ chacune !

Courge plantée directement dans composteur - jardin urbain du Pébrier- association la JARRE pour botanic®
Courge plantée directement dans composteur – jardin urbain du Pébrier- association la JARRE pour botanic®

Sur l’image on voit que la seconde courge a investie le grillage de clôture ! N.B : Le niveau du composteur a également baissé de près de 20cm. Le compost a l’intérieur été déjà mature pour faire cette expérience : Le risque de transplanter un godet de courge dans un compost encore en pleine maturation est de voir les racines bruler !!! Mieux vaut donc attendre quelques semaines si ce dernier est encore chaud…

Test concluant… et nous sommes également content de la qualité des godets issus de la gamme potagère « Les Originales » de chez botanic® (voir l’article sur le sujet)

botanic®_originales_courge_aubergine_poivron

Pickles de siliques de radis

Que faire quand on remarques que les radis sont devenus trop durs, trop forts en goût… on les laisse monter en graines, pour dans le futur espérer les semer.

La vidéo ci-dessous vous montre que vous pouvez encore produire de la nourriture : Vous pouvez consommer les siliques de radis. En effet avant que les siliques (les poches qui contiennent les graines et qui sont vouées à sècher d’abord pour s’ouvrir ensuite et offrir les graines pour l’autosemis ( la déhiscence)… ne deviennent trop dures, on peut en faire la récolte.

Jeunes et encore croquante à souhait, ses petits sacs à graines de forme oblongue, peuvent se consommer « à la croc en sel » (quelques uns dans une salade composée), ou en pickles, ou encore en tempura !
Le croquant, le goût : Parfait !
Génial non !

Récolte de fève sous la pluie (au jardin partagé du Lou Cascarelet)

Merci à Franck et Sandryne pour m’avoir aider à la récolte des fèves Aquadulce (longues cosses aux grains charnus).

recolte-feve---sandryne---jardin-du-Lou-Cascarelet---16-mai-2021
Récolte de fève Aguadulce par Sandryne Franck et David – jardin partagé du Lou-Cascarelet -:- 16-mai-2021

Cette année, j’avais semé les fèves en novembre 2020… comme un engrais vert d’hiver… l’idée étant de ne pas laisser la terre à nue pendant la phase de repos végétative de la zone potagère.

Test concluant ! La récolte se fait un mois à un mois et demi avant que de les avoir semer en février : Ainsi la terre est prête pour recevoir une autre culture mais elle est aussi amendée naturellement car les plants de fèves, via les nodules au niveau des racines, auront capté l’azote atmosphérique et l’auront injecté dans la terre !!!

Bref, on adore les fèves : Que ce soit à la croque en sel, ou revenues à la poêle ou encore lactofermentées, on se régale.

Cette année, nous les consommeront fraîches mais nous réaliserons des conserves avec les plus grosses fèves. Pour cela il faut : Ébouillanter les fèves moins d’une minutes pour pouvoir ensuite enlever le peau. Faire une saumure à 10g par litre seulement. Stériliser le tout (30 minutes suffit). Nous allons tester le stérilisateur emprunter à l’association la JARRE Écocitoyenne) !!!

Plante productive au jardin potager : La Blette ou bette ou Poirée (3 noms, même Plante)

La blette, dans l’inconscient collectif, reste souvent… le légume de nos grand parents, souvent boudés des plus jeunes : Pourtant, cuisinées elles sont la bases de nombreuses recettes délicieuses !

Vous connaissez la caillette Ardéchoise : Elles composent 1/3 des ingrédients de la recette, laissant la place aux feuilles d’épinards et à la viande (gorges et pense de porc), serties d’une crépine pour la maintenir en forme de boule….

Moi, je l’aime en tartes salées et surtout en gratin ! Le régal.

L’intérêt d’en avoir au jardin c’est que si vous la laisser monter en graine, elle deviendra « légume perpétuel »… se ressemant toute seule… comme une grande… d’année en année : Génial pour le « potager des paresseux ! »

Blette Bette Poirée : 3 noms pour définir le même légume !
Article où vous découvrirez que si on coupe la blette à la base pour en faire la récolte… d’autres vont surgir de la racine laissée en place pour donner de superbes spécimens… en un rien de temps !!!!

NB : Ne vous fiez pas aux dates se semis et de récolte… les poirée se secondes générations donnent de beaux légumes dès le mois d’avril ! En ce qui me concerne, j’ai toutes les années, des blettes qui se sont semées par AUTOSEMIS (depuis des blettes montée sen graines l’année précédente) et qui sont prêtes à être coupées dès Mars… Si, je ne les consomment pas en mai, le les voie monter en graines… elles deviennent alors ligneuse… mais les feuilles restent encore récoltables…

La mini serre Modul’O 30 de Chez MV Industrie

Nouveau Modèle 2021, de mini-serre oui plutôt tunnel de forçage de chez MV Industrie !


Idéal pour forcer des salades, ou deux rangs de radis !

Pour l’achat d’un lot de 3 tunnel avec embouts et piquets, je suis allé directement sur le site du fabricant : https://mvi-shop.com/fr/23-tunnel-modul-o-30

Les embouts de tunnel sont pratiques et permettent une circulation de l’air !


Sur le dessus, on peut arroser sans avoir à manipuler les tunnels : Avec l’arrosoir, avec ou sans la pomme d’arrosoir, l’eau coule par un goutte à goutte ingénieux !


On aime : Les piquets sont inclus dans le châssis même du module de tunnel. Les modules sont empilables (gain de place lors du remisage).

J’ai testé tous les tunnels de cette marque Française (MV Industrie), basée à Loriol (entre Valence et Montélimar)

La seconde vidéo fait aussi une présentation de cette mini serre MODUL’O 30 depuis la réception de la commande passée sur le site Marchand « Un coq dans le transat » (un site MARCHAND qui ne met en avant que des bons produits FRANçAIS ! ) :

Visiter le site marchand « un coq dans le transat » et retrouver toute la gamme de Mini-serre de chez MV Industrie !

Transplantation de petits fenouils à partir du pied mère – TEST de fin février

Lorsque l’on récolte salades, blette (poirée) ou des fenouils… on évite de tout arracher mais on coupe au pied, au niveau de la racine, sans les déraciner comme un sauvage : On observe que des plants fils poussent souvent en quelques semaines !!!
Ici, c’est le cas pour un le fenouil (bisannuel).
On observe que de multiples plantules poussent à côté du plant monté en graine.
Les transplanter permet de dé-étoffer la motte mais aussi de continuer la récolte de fenouil, ailleurs… sans avoir à passer par le semis. Période propice (février-mars).


Ceci reste un essai, un test : Le risque est de stresser les jeunes plants et de les induire à monter en graine plutôt que de produire du bulbe (empilement de feuille).

Cucurbitacées : Récolte 2020 au jardin de DZprod

Je me suis cassé la citrouille pour avoir de belles courges mais cet été 2020 entre sècheresse et manque de pollinisateur, la récolte a a été relative… Même si quantitativement, ce n’est pas ça… je suis fier de ma récolte !

cucurbitacee dzprod Jardin septembre 2020.jpg
cucurbitacée dzprod Jardin septembre 2020.jpg

Ichiki kuri, potimarron, courge butternut, citrouille et courge longue de Nice… avec la sècheresse de cet été 2020 la récolte est relative… mais elle fait cependant plaisir : à l’œil, ça le fait non ?

Astuce pour multiplier vos fraisiers par stolon

Si vous voulez manger quelques fraises dans votre petit jardin, 3 ou 4 plants de fraisiers ne suffiront pas… Mais en jardinerie la barquette de fraisiers n’est pas donnée !Laissez faire le temps en multipliant vos plants par STOLON..

Dans la vidéo ci-dessous, on donne l’astuce d’ancrer au sol les nouveaux petits plants issus du pied mère par un bout de fil métallique….Ne pas planter trop serrés les plants mères pour laisser les stolons tracer au sol à leur guise… 1 mètre en chaque pied mère… c’est bien…

Au bout de 2 ou 3 ans : On peut repenser sa culture de fraise en transplantant l’ensemble de ses fraisiers dans une bande dédiée avec FILM DE PAILLAGE SPÉCIAL FRAISE avec TUYAU MICROPOREUX ou GOUTTE à GOUTTE… là on aura une vraie production !

Construire Bac de culture solide sans palettes mais 100% récup

Le but était de ré-employer des panneaux de bois de récup mais aussi d’offrir un socle de culture pour des cuves de 1000l fissurées (tonnes à eau devenues hors-services) en les ré-employant également en cloche de forçage : La cage métallique servira de
structure pour la culture verticale de plantes potagères grimpantes
(cornichons, potimarrons, haricots grimpants… et la fameuse Milpa !

On retient l’intérêt de construire des bacs de culture avec
des panneaux 3 couches (3 couches de bois massif collées et
tournées à 90°, ce qui permet d’obtenir un effet de blocage sans déformation des panneaux dans le futur !)

Dans cette vidéo, on explique commence on a fait pour construire ce solide bac de culture avec uniquement que du matos de récupération : planches, équerres métalliques, vis, montant de maintien… et même le terreau est « home-made » ou issus de don de notre jardinerie au local !

L’intérieur du bac est composé :

  • d’un lit de bois en putréfaction (récup d’un voisin qui avait depuis 10 ans un tas de bûches non couvert et qui n’utilise plus sa cheminée) : merci Monsieur Lambotte !
  • de terreau, terre et compost « maison », issus de nos composteurs,
  • de terreau et terre de plantation issu d’un don de botanic®, la jardinerie la plus proche du jardin urbain !!!
  • un voile de géotextile qui protège le pourtour du bac (c’est le seul investissement : coût 4€ pour ce bac.

D’après une idée originale et une réalisation
de David Zicola (DavidZ de DZprod Jardin) pour l’association
la J.A.R.R.E Écocitoyenne de Rochefort du Gard.
www.lajarre.fr
association@lajarre.fr