Bigaradier-Westelin_26-04-et-21-11-2020

Le Bigaradier de Mme WESTRELIN !

Cet article se lira comme feuilleton : Un copier-coller d’un ping-pong de Mails entre Madame Westrelin et David (de l’association La JARRE Écocitoyenne) :

Bonsoir David, joli projet pour votre Association avec ces oranges… Avons récolté environ 80 kg cette année et il en reste au moins 10kgs en haut de l’arbre difficilement accessibles. Ceci pour vous dire que c’est avec plaisir que nous vous fournirons généreusement pour ce beau programme d’utilisation du produit. Bravo !

Voici quelques photos prises le 26.04 au stade de la floraison

Bigaradier de Monsieur et Madame Westelin au 26-04-2020

Un autre cliché en finition du mûrissement, le 21 Novembre 2020 :

Bigaradier Westelin 25-decembre-2020 avant récolte en janvier 2021
Bigaradier Westelin 25-decembre-2020 avant récolte en janvier 2021

Récolté le 20.01, elles étaient prêtes avant mais n’avions pas le temps de nous en occuper.

L’arbre était un arbuste d’environ 1m50 en 1983 quand nous avons pris possession des lieux. Extra muros. (Quartier St Ruf). En 1986 l’arbre a complètement gelé. Suivant les conseils de notre voisin maraîcher nous avons laissé les racines (en pleine terre) en attendant la repousse. Il nous a fait cet honneur mais il végétait, l’avons donc changé de place deux fois jusqu’à la place définitive où il s’est beaucoup plu. Quelques années plus tard un 14.07 nous avons à notre grande surprise découvert qu’il était garni de petites oranges vertes (de la taille d’une noix). Et depuis il s’éclate malgré encore 2 épisodes de gelée qui lui ont coûté la perte des feuilles et notamment la perte d’une branche ce fameux hiver 2012.

Depuis les oranges sont de plus en plus nombreuses mais plus petites et la pulpe change, la confiture 2021 était un peu compliquée à faire, beaucoup de jus et les peaux blanches un peu difficiles à enlever mais on y arrive et le résultat toujours aussi satisfaisant.

Il est à noter qu’il n’a jamais eu aucun traitement ni d’engrais (à tort peut-être)…

 Voilà David pour la petite histoire…

On garde bien sûr le contact et on se reverra sûrement.

Bonne continuation pour votre Association.

P.S  Notre voisin a essayé d’en faire pousser un de l’autre côté du mur mais ça n’a pas marché. Je vous souhaite plus de chance !

Françoise et Yves.

PS : Oublié d’ajouter que l’ancien propriétaire nous a dit que cet arbre avait poussé spontanément à partir d’oranges abimées que sa fille qui avait une épicerie à Cavaillon leur avait données et les avait jetées dans le jardin (en vue de faire pousser un arbre ou pour s’en débarrasser) ??  Nous n’avons pas poussé plus loin l’investigation

____

Réponse de David Z :

Merci pour les photos et… la petite histoire !

Bigaradier-Westelin_26-04-et-21-11-2020
Bigaradier-Westrelin_26-04-et-21-11-2020

Il est superbe cet arbre ! Notez que si votre bigaradier se plaît sur ce troisième emplacement que vous lui avez trouvé, c’est il convenablement transplanté dans un coin de murs blancs qui réfléchissent la lumière et qui redonnent de la chaleur à l’arbre et le protège des vents (que les agrumes n’aiment guère en général). C’est parfait. Le votre profite de la lumière toute la journée… et je parie que celui de votre voisin n’en a plus dès la fin de matinée (raison pour laquelle il ne se plait guère de l’autre côté du mur !).

Une piste pour donner un peu de mystère à la « Petite histoire » de cet agrume :

A la fin du siècle dernier, les arbres aussi costauds que celui-ci étaient (et sont toujours aujourd’hui) souvent utilisés comme porte-greffe sur lesquels sont greffés d’autres variétés comestibles « au couteaux » ou « à jus ».

Ainsi, comme porte-greffes, ils permettent plusieurs avantages aux variétés d’agrumes plus commercialisables :

  • la résistance à la gommose (une maladie cryptogamique (champignon phytophthora) qui affecte les tissus conducteurs de sève). Avec moins de nutriments, les fruits deviennent chétifs voir absents),
  • induisent plus de tolérance aux sols alcalins (adaptation accrue en zone méditerranéenne),
  • donnent des plants homogènes « tous les mêmes » pour répondre aux cahiers de charges des jardineries avec des variétés commerciales,
  • ILS DONNENT SURTOUT, il donne une mise à fruit rapide, une productivité élevée et soutenue, une bonne qualité des fruits tant pour leur calibre que pour leur richesse et leur teneur en jus !

Mon hypothèse est qu’en gelant, il aurait perdu la capacité de produire les fruits du greffon. La greffe se fait sur tige ou demi-tige et donc lorsqu’il a gelée, tout le greffon a gelée SAUF les racines et une partie du porte-greffe le plus protéger au raz du sol. En renaissant, à la base, il a retrouvé la faculté de produire les fruits originels celui du porte greffe : le bigaradier !

J’aime donc ROMANCER, la petite histoire mais cela est peut-être vrai !

Je vais relater tous ça dans un article… je vous enverrai le lien.

A bientôt donc

Cordialement : David Z

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.