Archives de catégorie : Réemploi Récupération et bricolage

Récupération de terreau, de lombricompost, de crottin de cheval, de canalisation de chantier et autres. Dans le cadre du RRR (re-use, reduce or re-cycle).

Culture de pomme de terre improvisée sur Gazon

Culture improvisée de pomme de terre avec les plants trouvés en terre après récolte l’an dernier. Les plants ont étés gardés sur des clayettes afin de les faire germer. Devant le nombre importants de plants, et le peu de place aux jardins (on ne va pas cultiver uniquement que des pommes de terre cette année…), on a repris l’idée de julien Dekarz et essayer la culture de pomme de terre sur gazon.

Le lieu : Jardin Urbain du Pébrier, à Rochefort du Gard !

Restera à combler avec du terreau et du mulch lorsque les plantes de pomme de terre pousseront !

C’est un mois après la mise en place de plants de pomme de terre dans les bacs en bois que l’idée me viens de reprendre celle de Julien : On improvise 2 espaces de culture … on verra bien le résultat !

Je garde en tête l’idée d’utiliser des demi-parpaings, des lambourdes (chevrons) et des dosses pour dessiner les espaces de culture au sol !!! (voir la vidéo)

Merci à M. Lambotte pour sa contribution de déchets végétaux !

Une seconde vidéo sera produite dans 2 mois pour rendre compte du volume de terreau et de mulch ajouté et du résultat… Point de vue pénibilité, entre la facilité de la mise en place de l’espace de culture et le fait de ne pas butter les plants, c’est cool, non ! Aussi facile que la culture de pomme de terre en canalisation déjà testée et réussie !

Construire Bac de culture solide sans palettes mais 100% récup

Le but était de ré-employer des panneaux de bois de récup mais aussi d’offrir un socle de culture pour des cuves de 1000l fissurées (tonnes à eau devenues hors-services) en les ré-employant également en cloche de forçage : La cage métallique servira de
structure pour la culture verticale de plantes potagères grimpantes
(cornichons, potimarrons, haricots grimpants… et la fameuse Milpa !

On retient l’intérêt de construire des bacs de culture avec
des panneaux 3 couches (3 couches de bois massif collées et
tournées à 90°, ce qui permet d’obtenir un effet de blocage sans déformation des panneaux dans le futur !)

Dans cette vidéo, on explique commence on a fait pour construire ce solide bac de culture avec uniquement que du matos de récupération : planches, équerres métalliques, vis, montant de maintien… et même le terreau est « home-made » ou issus de don de notre jardinerie au local !

L’intérieur du bac est composé :

  • d’un lit de bois en putréfaction (récup d’un voisin qui avait depuis 10 ans un tas de bûches non couvert et qui n’utilise plus sa cheminée) : merci Monsieur Lambotte !
  • de terreau, terre et compost « maison », issus de nos composteurs,
  • de terreau et terre de plantation issu d’un don de botanic®, la jardinerie la plus proche du jardin urbain !!!
  • un voile de géotextile qui protège le pourtour du bac (c’est le seul investissement : coût 4€ pour ce bac.

D’après une idée originale et une réalisation
de David Zicola (DavidZ de DZprod Jardin) pour l’association
la J.A.R.R.E Écocitoyenne de Rochefort du Gard.
www.lajarre.fr
association@lajarre.fr

Faire son compost pour faire ses semis !

Faire ses propres semis, on s’y retrouve vite financièrement… mais c’est du boulot… surtout si on fait également son propre terreau enrichi de composte mur !

Le triple composteur permet d’avoir toujours du substrat de culture
de qualité tout au long de l’année, pour zéro Euros mais je l’avoue
beaucoup d’huile de coude !

Vers la fin de la vidéo : on présente d’énormes larves d’Oryctes, des larves xylophages qui aident vraiment à la décomposition des plus gros fragments lignifiés… (voir l’article à ce sujet)

Donner ces larves aux poules est un acte cruel, certes mais que j’explique ici : les poules ont l’habitude de venir m’aider lorsque j’ouvre un composteur… ce jour là pour les besoins du tournage, elles sont restées cloîtrer dans leur enclos et me guettaient de loin. Leur donner une larves à chacune, c’est comme me disculper de la frustration créé !!!!


L’association la J.a.r.r.e Écocitoyenne de Rochefort du Gard vous propose de créer votre Composteur… et apprendre à faire votre propre Composte !

Renseignements :

Atelier Jardinage – Atelier Cuisine – Transformation alimentaire – Conservation alimentaire – Formation sur devis.

Tour d’arbre imitation pierre et plaque alvéolaire pour stabiliser le gravier !

Dans le passé j’avais fait des tour d’arbre avec de simples galets roulés de bon diamètre (de 10 à 20cm). Cela est très suffisant… et n’est utile que pour délimiter le pied de l’arbre si celui ci est dans un espace engazonné. Par contre, pour amender les arbres et griffer la terre en surface, un tour d’arbre, quel qu’il soit, n’est pas pratique !!!

Le but a été visuel, et m’a permis d’utiliser enfin les pavé « imitation pierre » que j’avais mis de côté depuis plus de 2 ans !

J’ai fait le test d’utiliser également 3 plaques alvéolaires que j’avais gardées pour l’entrée au niveau du portillon en me disant que les alvéoles s’abimeront moins rapidement au pied de cet olivier car on n’y marchera pas dessus tous les jours…

Bref, c’est que de la récup ! (je n’ai acheté qu’un sac de 35kg de sable pour stabiliser les sections de dalles, soit 3€30)

  • section de dalles imitation pierre,
  • plaque alvéolaire
  • gravier (2019)

Avantage de ce travail :

  • permettre de circuler autour de l’arbre plus facilement,
  • les feuilles et les olives tombées au sol restent sur le dessus du gravier, ce qui facilite le nettoyage et le ramassage central,
  • évite que les chats viennent enterrer leur M…,
  • permettre à Sandy d’avoir un petit espace japonisant pour y poser son bouddha !
  • ne plus avoir à désherber !

D’autres exemple de tours d’arbre mis en place dans le passé :

Olivier botanic® au 08-04-2013 et tour d’arbre avec des galets roulés avec des sédums dans les interstices des galets !

Voir d’autres articles sur le sujet :

Astuce pour nourrir une tortue si on part en vacances

Pour un chien ou un chat, un poisson rouge, des oiseaux, des poules en enclos… on demande aux voisins, ou à des amis de venir les nourrir lorsque on s’absente en vacances.

Pour une tortue, cela est moins commun !

Voilà une astuce : On peut lui préparer un stock de nourriture ! La personne de confiance qui viendra nourrir les autres animaux n’aura qu’à vérifier que tout est en ordre et qu’il ne manque pas d’eau !

Pourpier à tortue repiqué en pot de 1 litre - dzprod jardin
Pourpier à tortue repiqué en pot de 1 litre – dzprod jardin

Comment faire ?

Il suffit de prélever dans la nature ou dans son potager quelques salades, scarole, ou autre adventices que les tortues raffolent (sur la photo c’est du pourpier). On les repique dans des pots de 1 litres ou directement en terre. L’astuce de garder les pots humectés en les plaçant dans une énorme soucoupe permet à la fois de proposer à la tortue un abreuvoir mais aussi de garder la nourriture tout au même endroit !

Une autre astuce plus sophistiquée est de ré-employer des mini-serres pour mettre à disposition selon les besoins de la nourriture en ouvrant tel ou tel module… (les explications sont détaillées dans un autre article dédié à cette seconde astuce ICI)

rhdr

Étiquette de jardin avec des galets !

Il existe une multitude de façon de confectionner des étiquettes pour nommer les fruits et légumes au jardin potager biologique. La meilleure reste de simples galets et le nom inscrit avec un marqueur indélébile !

  1. Des solutions RRR et DIY : bout de bois pyrogravé, pinces à linge, bouchon de liège piqués sur le vieille fourchette, petit pot en terre cuite recyclé, etc…
  2. Des solutions commerciales (étiquettes plastiques à planter, rectangles d’ardoise sur pic, etc…

J’ai testé pas mal de chose… Je retiens cependant une solution avec de simples galets roulés. Merci à Nil Ménard (plasticienne, membre de la JARRE Écocitoyenne mais également présidente de son association : » j’embellis ma ville », à Rochefort du Gard).

Les premiers galets qu’elle nous a confectionnés font fureur au jardin partagé du Pébrier ! Riverains, citoyens Rochefortais, tous le monde en parle sur Facebook !

Astuce : Concernant les marqueurs, ils faut qu’ils soient indélébiles. On peut acheter des POSKAs de couleur mais il faudra vernir la face inscrite. Par contre, on pourra alors représenter iconiquement le légume, ce qui donne un effet saisissant !

Pourquoi je préfère les galets à une autre signalétique ?

  • Le coût de production !
  • facilité d’emploi et de réemploi : Lorsque la végétation grandit, déplacer le galet est galette, contrairement aux pics !
  • l’inscription perdure dans le temps contrairement à celle faite sur du bois qui s’affadit avec le temps et l’attaque radicalaire des UVs !

Il existe une multitude de façon de confectionner des étiquettes pour nommer les fruits et légumes Bio au jardin potager. La meilleure reste de simples galets et le nom inscrit avec un marqueur indélébile !
Il existe une multitude de façon de confectionner des étiquettes pour nommer les fruits et légumes Bio au jardin potager. La meilleure reste de simples galets et le nom inscrit avec un marqueur indélébile !

Trop cool, non ?

mini-serre pour nourrir les tortues – un ré-emploi en été astucieux !

Une astuce pour ré-employer les tunnels de culture en plein été, plutôt que de les stocker en attendant l’hiver !

J’utilise et rentabilise ainsi, mes tunnels de forçage Modul’O 60 de chez Pouss’vert, MV Industrie, et cela toute l’année durant !

De plus, produire sa propre nourriture plutôt que de la faire parcourir des milliers de kilomètres : Cela vaut pour nos animaux également !

En ce qui concerne nos tortues, elles disposent là de 6 salades nouvelles à chaque fois que l’on déplace un module de mini-serre de 60cm de long.

Elle est bonne l’idée non ?

Détail en vidéo de l’idée de ré-employer ses mini-serres de forçage pendant la période d’été :

Le but étant de protéger les jeunes pousses de scarole, repiquée après le semis. A l’air libre, les tortues auraient vite fait à les manger sans qu’elles soient devenues grandes….

Ici, on enlève les modules progressivement, ce qui permet de ne leur donner que 6 salades d’un coup d’un côté… et d’en repiquer 6 autres… à l’autre bout de la lignée des mini-serres !

Trop cool !

Nota bene : la laitue et les autres salades ont du mal à pousser pendant l’été et monte vite en graine… la scarole est adaptée pour être semée en été et être manger en automne / hiver avec une bonne poêlée de lardons !

Rang de scarole pour tortue - dzprod jardin du Loucascarelet
Rang de scarole pour tortue – dzprod jardin du Loucascarelet

Une autre astuce est de ré-employer ses pots de 1 litre en repiquant des plantes adventices du potager mais qui sont très appréciées des tortues (exemple du poupier) : cf article à ce sujet.

Système collecteur eau de pluie DZprod Jardin

Chaque année, j’améliore mon système de collecte d’eau de pluie. Je garde chez moi quelques cuves (tonne à eau) pour l’association la JARRE Écocitoyenne. J’en profite lorsqu’il pleut assez pour en stocker un maximum : c’est devenu un réflexe et une obsession depuis la dernière canicule de 2017 !

Récupération eau de pluie - essai descente multiusage - cuve ou extérieur - DZprod Jardin
Récupération eau de pluie – essai descente multiusage – cuve ou extérieur – DZprod Jardin

Cette année, à contrario, on sature d’eau : c’est plus de 9000 litres d’eau de pluie que je garde précieusement !

Cet article présente une vidéo sur :

  • mon système collecteur concernant une pente de toit (côté Pébrier), qui peut nourrir 1 ou 2 cuves à la fois ou encore envoyer le surplus d’eau à l’évacuation exterieure !
  •  l’ensemble de  mes contenants (cuves et bidons),
  • des solutions de rehausse de cuve,
  • une solution pour transferrer l’eau d’une cuve à l’autre ou d’une cuve à des bidons de 200 litres.

CONTACTER l’association LA JARRE Écocitoyenne qui se propose d’aider pour acter écologiquement en proposant des solutions RRR pour une récupération d’eau de pluie (re-emploi de cuve, de bidons) : 0952174469

Comment rehausser sa cuve de 1000l

Au bout de quelques années, on réalise qu’une cuve de 1000 litres sur-élevée sur des palettes de récupération, n’est pas la meilleure solution :

  • la palette de base (au sol) a tendance à se détériorer sous l’effet de l’humidité du sol est des champignons xylophages,
  • il faut un nombre important de palette car il est rare de trouver des palettes de 1m par 1m20 (les dimensions d’une cuve « tonne à eau ».

Ma solution pour 14€ environ (ou 0€ si récup !) est de rehausser la cuve de 40cm grâce à l’empilement de 2 rangs d’agglo de 20/20/50 (0.95€/unité, Weldom, 30133 les Angles). Un petit travail de terrassement est nécessaire afin d’obtenir une surface la plus plane possible (Outils : Réglette + niveau à bulle + quelques sauts de gravier fin) :

Travaux de réhausse des 2 cuves au niveau du portail - 19-04-2018
Travaux de réhausse des 2 cuves au niveau du portail – 19-04-2018

ITEM 2, sur la photo : Le choix de monter la cuve à une hauteur de 2 rangs de parpaings (2 fois 20cm, soit 40cm de haut) est de pouvoir ainsi alimenter un arrosoir rapidement mais aussi d’avoir un minimum de pression pour remplir un fût de 200 litres, via un tuyau d’arrosage connecté à la cuve.

ITEM 1, sur la photo : Le choix de monter la cuve du fond sur 4 rangs est de pouvoir créer un trop plein qui au choix, alimentera la seconde cuve ou alors sera conduit à l’évacuation !


Voilà un petit historique de la récupération d’eau de pluie « Édika » depuis les pentes de toit de mon voisin : Là, pour 20€, l’entreprise forestière « Donnadieu » de Domazan m’a vendu 4 plots en bois de bon diamètre. Cuve vide et avec grand vent, la stabilité de l’ensemble est suffisante mais il me faudra réflèchir à l’avenir de cet édifice… la cuve commence à fuir car la vanne présente une petite fissure… (nota bene, la cuve repose sur des chevrons mais le milieu de la cuve n’est pas soutenu… ce qui peut-être crée des tensions et cause une dégradation accélérée au niveau de la vanne ?)

Cuve Édika à améliorer - 19-04-2018
Cuve Édika à améliorer – 19-04-2018

Historique :

  • Avril 2014 : Récupération directe dans un récupérateur de 300l dont le trop plein alimente un bidon de 200 litres qui lui-même alimente un autre bidon. 700 litres au total.
  • Novembre 2014 : 1000 l dans une cuve « tonne à eau » posée au sol,
  • Septembre 2014 : La cuve est sur-élevée sur des palettes… La surface au sol nécessaire à ce dispositif est trop important, et on ne peut rien stocker sous ce genre de rehausse…
  • Novembre 2014 : La cuve tient sur des chevrons posés sur 4 énormes bûches.

Nota bene : Je remarque que mes cuves achetées d’occasion ont une durée optimale d’utilisation de 5 ans environ. Les vannes on tendance à fissurer… Avant de ne plus pourvoir actionner le système d’ouverture/fermeture, je garde la cuve en position fermer et je m’en sert comme réserve d’eau. (Je puise dedans avec un vide cave et n’actionne plus la vanne…)

Cône d’abattage ou de sacrifice (gratuit) D.I.Y pour les volailles

L’idée de créer mon propre outil afin de donner la mort proprement à mes poules pondeuses « à la retraite » est vite venue après avoir essayer sans…

C’est assez traumatisant de chérir une poule et au final lui-donner la mort en s’y prenant mal… On peut laisser la poule vivre sa retraite et avoir « une belle mort » mais on peut également, lorsqu’elle ne pond plus guère (voir l’article suivant), rentabiliser sa poule… en la cuisinant, avec respect et un savoir faire culinaire que l’on s’efforcera de produire afin d’honorer sa mémoire.

Sans cône d’abattage, la poule se débattra et vous aurez du sang sur 2m à la ronde, vous aurait également du mal à inciser proprement l’animal et le sentiment d’être un bourreau inexpérimenté…

Avec le cône de sacrifice :

  • l’incision et plus facilement réalisée (en prenant soin de pincer le bec de la poule et en tirant un peu sur son cou),
  • Toujours en maintenant le bec, le sang peut-être recueilli, proprement, dans un récipient contenant quelques goutte de vinaigre. On pourra préparer une recette oubliée depuis que les poules sont enmenées systématiquement à l’abbatoir : « la sanguette ».
  • l’animal rend son dernier souffle très rapidement.

On peut acheter le cône d’abattage, cela coûte une quarantaine d’euros pour deux cônes de diamètres différents vous permettant le sacrifice de caille comme de poule de bon poids.

Cône d'abattage Ø d'entrée 28,5cm - Ø de sortie 10cm - hauteur 40cm + son réducteur (Pour les volailles plus petites - Ø d'entrée 21cm - Ø de sortie 8,5cm - hauteur 28cm)
Cône d’abattage Ø d’entrée 28,5cm – Ø de sortie 10cm – hauteur 40cm + son réducteur (Pour les volailles plus petites – Ø d’entrée 21cm – Ø de sortie 8,5cm – hauteur 28cm)

Ils existe d’autres modèles sur le net pour des prix similaires.

On peut le fabriquer soi-même, en bois (mais pour des raisons d’hygiène), je ne suis pas fana. De plus celui-ci fixé sur le mur imposera le nettoyage du mur !!!

Saignoir en bois issu de l'autoconstruction
Saignoir en bois issu de l’autoconstruction

Il est vrai que le cône ressemble beaucoup à ceux de la DDE : les cône se signalisation des travaux sur la voirie.

Mon idée de saignoir, est une idée D.I.Y et également R.R.R, fait MAISON et avec le re-emploi du bidon de 10 litre en polypropylène à usage alimentaire (une fois vidés de leur contenu alimentaire, ma femme me les ramène de son boulot,  où elle y vend des alcools : sinon, ils sont jetés…

Quelques découpes, à la disqueuse… un bon nettoyage.. le ré-emploi d’un manche à balai… (astuce pour suspendre le tout) et en plaçant ou non, un chiffon autour de l’animal, on arrive aisément à l’introduire dans le bidon.

Cône abattage sacrifice - saignoir -fabrication maison - gratuit - DZprod jardin
Cône abattage sacrifice – saignoir -fabrication maison – gratuit – DZprod jardin

Ce système a ses avantages :

  • on peut suspendre le cône grâce au manche à balai et procéder au sacrifice, un peu où on veut…
  • On peut ainsi recueillir le sang, en ajustant la hauteur…
  • Prix de revient : 0€,
  • Temps de mise en œuvre rapide (10 minutes),
  • l’dée « d’empreinter » un cône de signalisation à la DDE s’estompe radicalement !!!

Saignoir fabrication Maison - cône d'abattage - poule - DIY et RRR - vue de dessus
Saignoir fabrication Maison – cône d’abattage – poule – DIY et RRR – vue de dessus

Saignoir fabrication Maison - cône d'abattage - poule - DIY et RRR - vue de dessous
Saignoir fabrication Maison – cône d’abattage – poule – DIY et RRR – vue de dessous

Par l’orifice du bas, on attrape le bec afin d’orienter la tête hors du trou… on peut alors procéder au sacrifice… bien plus proprement, dans le respect de l’animal.

PS : Article à lire «  quand recycler sa poule pondeuse : rentabilité – durée de ponte – taux de ponte ?  » et Tuer et vider une poule de son poulailler

Également : la recette de la sanguette