Patates Amandine

Après avoir goûter ces patates, je les ai adoptées. 4€, le sachet de 2,5 kg en magasin.

Les plants germés ont été achetés à Bota trop tôt dans la saison.

La cagette de 60 plants certifiés BIO, calibre 25/35, origine France, classe A. : 10€ !

Mis alors sur clayettes, je les ai gardé dans la cabanon mais elles ont bien failli géler. Deux semaines plus tard, j’en trouve à Leclerc, trois fois plus en volume pour deux fois moins cher…. Vive le Bio !

Patates Amandine au 16-04-2014
Patates Amandine au 16-04-2014

Conseils avant plantation : Stocker dans un local propre, aéré et frais, à l’abri dugel. La plantation doit s’effectuer dans un sol réchauffé (10°c et plus). Espacement : 30 cm entre les plants. 65cm entre les buttes.

BUTTAGE : Butter les pommes de terre, c’est à dire ramener la terre au pied afin d’éviter que les patates ne reçoivent le soleil et verdissent. (Nocif en cas d’ingestion en trop grande quantité).

En cours de Végétation : La pomme de terre à besoin d’eau. L’arroser régulièrement. Arroser plus abondamment entre de 20ième et le 50ième jour après la plantation (pendant la période de Tubérisation).

Défannage : Arracher les fanes quand elles sont jaunes et laisser les pommes de terre en terre, trois semaines de plus avant de les récolter.

Maladies et traitement :

  • Mildiou : lors d’étés chauds et humides, triter à la bouillie Bordelaise toutes les 2 semaines. Couper et enlever les pieds maladees au ras du sol pour éviter les propagations aux tubercules.
  • Doryphores : Les enlever à la main. En préventif, le lin repoussant naturellement cet insectes, en planter autour de la plantation.

Récolter pour conserver : Attendre la période de maturité complète de la pomme de terre. Arracher les pommes de terre, les étaler sur le sol afin qu’elles sèchent complètement avant de les stocker. Etaler les tubercules dans un lieu aéré et sombre à l’abri du gel. Supprimer les tubercules coupés ou malsains.

Les Patates à mi-Avril 2014 : Bac L-tronc (20 plants) ; Bac L-base (25 plants) ; Bac Edika Garage (13 plants) ;  Bac Eychenne (2 plants)

Bac L-tronc au 16-04-2014
Bac L-tronc au 16-04-2014
Bac L-Base patates Amandine au 16-04-2014
Bac L-Base patates Amandine au 16-04-2014
Bac Edika Garage et Patates au 22-04-2014
Bac Edika Garage et Patates au 22-04-2014
Bac Grimpant Eychenne au 22-04-2014
Bac Grimpant Eychenne au 22-04-2014

Nota Béné : J’ai observé quelques dépérissements noirâtres  au niveau des feuilles et quelques tiges qui se nécrosent. En allant sur le site ECOPHYTO PIC « le portail de la protection intégrée des cultures » en région Languedoc-Roussillon, j’ai lu le bulletin de Santé Végétal par Région (BSV).

Voir le Bulletin BSV n°4 du 18 Mars 2014 :

http://draaf.languedoc-roussillon.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/BSV_Maraichage_No4_du_180314_cle8d7611.pdf

Nécroses noires sur feuillage :
Ces symptômes sont bien connus en pommes de terre primeurs très précoces. En aucun cas il ne s’agit de mildiou.

Alternaria solani sur patate amandine au 16-04-2014
Alternaria solani sur patate amandine au 16-04-2014

 

Leur développement serait lié : à  Alternaria solani

  • aux conditions climatiques précoces (jours courts, températures etc…)
  • aux fortes amplitudes climatiques,
  • principalement avec des variétés à chair ferme,
  • aux sols légers à très légers (sableux)

Ces symptômes sont très proches de l’Alternatria.
L’alternative repose sur la non utilisation de variétés sensibles en sol léger et en condition très précoce.

Si les symptômes s’aggravent, les plantes peuvent dépérir prématurément avec une perte de rendement significative. Dans ce cas il faut favoriser le développement rapide de la culture en maintenant de bonnes conditions d’alimentation en commençant simplement par une bonne alimentation en eau. Mais là, c’est le serpent qui se mord la queue : plus on arrose, plus on risque de projeter sur les feuilles, les spores de champignons (en dormance sur le sol de culture jusqu’à trois ans !!!), facteurs de la maladie dégénérative, par « splashing » éclaboussures.

Que faire dans ces cas là : (cf page Wikipédia mais l’article est en Anglais)

  • Cultural control :Clear infected debris from field to reduce inoculum for the next year.
  • Water plants in the morning so plants are wet for the shortest amount of time.
  • Use a drip irrigation system to minimize leaf wetness which provides optimal conditions for fungal growth.
  • Use mulch so spores in soil cannot splash onto leaves from the soil.
  • Rotate to a non-Solanaceous crop for at least three years.
  • If possible control wild population of Solanaceae. This will decrease the amount of inoculum to infect your plants.
  • Closely monitor field, especially in warm damp weather when it grows fastest, to reduce loss of crop and spray fungicide in time.
  • Plant resistant cultivars.
  • Increase air circulation in rows. Damp conditions allow for optimal growth of A. Solani and the disease spreads more rapidly. This can be achieved by planting farther apart or by trimming leaves.

N’ayant lu ces informations qu’un mois après la première infestation, j’ai traité par Bouillie Bordelaise. Est-ce inutile, la bouillie est-elle un fongicide ? OUi, algicide et fongicide, elle (les ions cuivriques cu2+)  inhibe les enzymes des spores des champignons et empèche leurs germinations (d’où sont usage en préventif !!!). La terre étant nouvellement introduite, il est évident que cette terre contenait déjà les spores inducteur de la maladie.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.